Retraite de la délégation des Carmes au Cameroun

Retraite de la délégation des Carmes au Cameroun :

Thème : être appelé à la sainteté : les défis du monde actuel

 

La retraite annuelle de la délégation des Carmes au Cameroun s’est tenue du 25 au 30/08/2019 à Nkol Ebindi. Elle a été prêché par l’Abbé Anthony NJIM sous le thème : « appelé à la sainteté : les défis du monde actuel ». C’est ainsi que le prédicateur s’est appuyé sur l’extrait de saint Paul au Rm 8,29-30 qui dit « Ceux que d’avance il a connu, il les a aussi prédestinés à être conforme à l’image de son fils, afin que celui –ci soit le premier né d’une multitude des frères ; ceux qu’il a prédestinés il les a aussi appelés ; ceux qu’il a appelés il les a justifiés ; et ceux qu’il a justifiés il les a aussi glorifiés. » c’est dans cet optique qu’il a montré que Dieu nous a créé parce qu’il avait une mission bien précise pour nous afin que même dans la souffrance, nous soyons toujours dans la joie et l’allégresse car notre vocation se dévoile chaque jour à travers un don .Cependant, l’ interrogation qui soutint est celle de savoir comment est-ce que la sainteté peut se réaliser dans le monde actuel ? Pour se faire il parlera premièrement de l’appel à la sainteté comme une invitation à la persévérance ; deuxièmement, l’appel à la sainteté comme une invitation à la soumission ; troisièmement, il nous a montré comment est-ce que la sainteté peut se falsifier ; quatrièmement, les béatitudes et les caractéristiques de la sainteté ; et sixièmement l’importance de l’action de grâce.

1° La persévérance dans la sainteté

L’appel à la sainteté est un appel à la persévérance, parce que ma vie n’est pas à moi mais pour les autres et j’accomplis ce bien pour les autres en me mettant à la place de l’autre, en devenant l’autre. Ainsi, la force de faire ce bien vient de celui qui m’a envoyé. Je dois réaliser ce bien en étant saint comme Lui et je dois le faire au milieu de mes frères et sœurs car le saint, ne sort pas pour chercher la sainteté mais il doit faire le bien et éviter le mal ; cela à travers des petites choses en vue de rendre l’autre heureux ; à l’exemple d’un enseignant qui enseigne avec amour et qui n’a pas de salaire mais se plait à transmettre sa connaissance afin de rendre l’autre heureux. Cependant, est ce que dans notre cheminement, cet appel à la sainteté s’adresse aussi à moi comme il est dit dans le livre de Lévitique : « soyez saint car moi je suis saint » ? Par ailleurs, je dois chercher la sainteté en devenant moi-même. Et pour être égal à moi-même, je dois être ouvert à la mouvance de l’Esprit.

Dieu n’a pas besoin de l’homme pour être Dieu mais l’homme est l’expression de l’amour de Dieu. C’est pourquoi, la sainteté s’exprime par l’amour ; Nous devons ainsi embrasser l’autre pour exprimer notre amour.

2° La sainteté un appel à la soumission

En reprenant les paroles de saint Augustin qui dit « mon passé est dans la miséricorde de Dieu, mon présent est dans l’amour de Dieu et mon future est dans la providence de Dieu ». L’appel à la sainteté est un appel à être conscient ; cet appel doit être vécu dans la dynamique de l’Esprit en prenant conscience de chacune de nos actions.

Nous n’avons pas choisi des personnes avec qui nous vivons ou même nos parent c’est Dieu lui-même qui met ces gens sur notre chemin ; voilà pourquoi l’amour de Dieu se vit toujours au présent ; c’est dans cette vision que dans un couvent de moines ou le plus jeune avait 70 ans. Le supérieur décida d’aller voir un sage du fait de manque de vocation, et le sage de lui dire que le messi est parmi vous, de retour en communauté il reporta cela à ses frères et tous se demandaient qui peut bien être le messi ? Car chacun d’eux connaissant bien la faiblesse de son frère ne s’arrête pas sur cela, mais prennent plutôt conscience les uns envers les autres ; car chacun prenait déjà soin de son frère et la communauté devint dynamique et les vocations commencèrent à arriver parce qu’il y avait déjà la vie.

3° La falsification de la sainteté

Le christianisme nous dit que c’est le degré de charité qui donne le niveau de perfection de l’homme ; Mais nous constatons que cette sainteté peut se falsifier de deux manières :

  • Le gnosticisme qui est une doctrine sans mystère et fait de la perfection une réalité qui consiste uniquement en un savoir, une connaissance, et cela me fait tomber dans la nécessité ou je conçois l’homme comme étant un petit dieu, au lieu que le mystère m’aide à concevoir la réalité, je me base sur ma propre conaissance et pourtant, personne ne peut domestiquer Dieu parce qu’il est supérieur à nous et nous transcende .Le gnostique rejette Dieu puisqu’il ne peut pas le contrôler.
  • Le pélagianisme est la transformation de la grâce en volonté humaine ; et pourtant dans sa première épitre saint Jean nous dit que c’est la miséricorde de Dieu c’est-à-dire la reconnaissance de sa toute puissance. L’absence de reconnaissance sincère, douloureuse et priante de nos limites est ce qui empêche la grâce de mieux agir en nous c’est-à-dire qu’après avoir offensé Dieu je me mets à penser que je ne suis pas seul et les autres aussi ont commis aussi ce même péché.

 

 4° La sainteté chemin de béatitude

Les béatitudes sont un chemin de conversion continuel qui implique la gratitude. Nous sommes appelés à nous tourner vers Dieu pour réaliser cet humanité nouvelle qui rend vrai. Notre vie est une recherche perpétuelle du royaume de Dieu ; voilà pourquoi Jésus utilise le terme « Bienheureux » parce que le royaume est déjà là. Ce royaume n’est rien autre que les béatitudes car en les réalisant nous faisons disparaitre les inégalités. Souvent nous avons la lettre de béatitude mais nous ne vivons pas l’esprit des béatitudes ; car lettre signifie récit et l’esprit est le vécu.

5° Les caractéristiques de la sainteté

Pour réussir sur le chemin des béatitudes, nous devons demander la grâce de Dieu ; car le plan de Dieu est le plan de l’unité qui résume le travail de Jésus .Le but de notre joie dans le Christ est donc la communauté car en elle s’exprime la charité qui donne force à la prière ;  chacun de nous a quelque chose à donner et cela peut se voir à travers les attitudes suivantes :

  • La charité qui est l’offrande à sois même ; je me donne à l’autre pour son bien.
  • L’humilité doit nous faire respecter les noms des autres ; en les détruisant, je déchire le plan de Dieu et l’échec vient quand je veux que l’autre soit ma photocopie.
  • L’unité n’est pas un compromis l’unité dépasse cela

On grandit dans la communauté quand on prend et aimer l’autre tel qu’il est ; nous sommes appelés à l’endurance, à la douceur, à la patience qui sont les caractéristiques même de la sainteté ; car Dieu nous a aimé le premier et nous ne pouvons pas vivre la réalité de notre esprit sans l’autre, pour cela, la prière constante est nécessaire.

 

6° L’action de grâce

L’importance dans la communauté passe par l’action de grâce qui est l’attitude fondamentale de toute vie chrétienne ; car c’est l’expression de l’amour gratuite de Dieu. Le manque d’action de grâce fait de moi un petit dieu et c’est cela le mal. Celui qui marche dans la grâce de Dieu n’a pas peur, car c’est un amour qui se tourne vers nous et nous devons l’accueillir.

La vie de l’homme dépend de Dieu parce qu’il reçoit tout de l’Esprit Saint ; Ainsi l’homme transformé par la grâce doit vivre cette grâce.