NOVICIAT SAINTE THERESE DE L

La beauté d’être formateur des novices et des pré-novices.

Etre responsable de la formation des novices est une tache noble mais pas facile nous dit le P. Polycarpe SWALABA MUWALA, Maitre de Novices et de postulants dans la délégation des Carmes au Cameroun. La Noblesse dans ce service s’explique par le fait qu’il nous permet de nous former à être davantage responsable, de prendre conscience de la nécessité de participer à la vie de notre  Ordre, à son édification et à celle de l’Eglise. C’est une tâche difficile car, les personnes à guider sont tous uniques en leurs qualités et en leurs faiblesses. Chacune d’elles a une façon particulière d’appréhender la vie. Ceci s’explique par le fait que les parents qui les ont élevés et les sociétés dans lesquelles elles ont vécu ont eu une grande influence sur elles. De ce fait, la patience est très importante dans ce processus de formation. La patience de la part du formateur et des formés est très importante  car, une mauvaise perception de celui qui est en formation le détruit. La formation demande donc beaucoup de patience, de simplicité mais aussi beaucoup de rigueur. Pas de complaisance et de complicité.

La promotion des cultures dans un milieu cosmopolite

Le couvent du noviciat regorge en son sein plusieurs cultures de pays différents. On y trouve des camerounais, des congolais et un togolais. Un gros défi est à prendre en compte : amener les jeunes à faire un brassage de culture pour être capable non seulement de rendre compte de leur foi mais aussi de se rendre compte qu’à partir nos cultures, on peut aussi répondre au charisme et à la spiritualité carmélitaine. Puisque toutes les cultures ont besoin de se perfectionner, le second défi est de leur faire comprendre que bien qu’ils soient venus d’horizons divers, ils sont appelés à vivre un véritable témoignage de la fraternité qui est un élément très cher au charisme du Carmel.